Deux mondes différents ...

Le vieil homme, le pas mou, dut écraser quelque chose sur son passage, une queue laissée à l’abandon sur le couloir par son propriétaire, un chien d’agrément qui répondait au nom de Goupio. Ce devait être aussi un de ces chiens qu’on dit savants pour avoir ainsi dominé sa douleur, fait preuve de sang-froid, de dolorisme et même de philosophie, en se ressaisissant avec un air muet, à peine désabusé, là où un Marocain moyen en serait venu aux gros mots, Tout bonnement : Makatchoufch al 7ayawanne (1) ! L’homme ne s’en était même pas aperçu. C’est pourquoi, présumèrent tous les habitués du coin, continua-t-il sur sa lancée, droit sur la table au fond du café, où trois autres vieux l’attentaient déjà, chacun à la main un verre de thé à la menthe. Tous arborèrent un sourire bon enfant à le voir accourir vers eux. Il faut dire qu’une partie de jeux de carte allait bientôt être amorcée par eux et qu’avec la venue du quatrième le quorum y était enfin. Ce serait alors comme toujours, deux contre deux, une partie de Karta, en attendant le muezzin pour la prière du coucher de soleil.

Chose extraordinaire : Si Goupio, le chien fit sur le coup montre d’un grand « self-abasement », lui le terrier anglais, Belen, sa maîtresse espagnole ne pouvait se résoudre à laisser passer le vieux primate, comme ça impunément, sans lui tirer l’oreille au passe. Elle se mit à rouspéter donc, à crier que l’homme était un goujat et que si cela se faisait dans le bled, elle lui aurait allongé volontiers quelques taloches, elle la femme, la « demi-cervelée ». Evidemment elle s’en était retenue parce qu’elle savait pertinemment que les lares du lieu ne sauraient s’accommoder des us de la chevalerie, ni ceux de la gentilhommerie. C’était, pour enfoncer la porte ouverte, au Maroc comme au Maroc…

-Mais qu’est-ce qu’elle a ? Cette vieille harpie … demanda le vieux en écarquillant, gros, les yeux.

-c’est qu’elle n’est pas contente ! Tu as marché sur la queue de son chien, lui dit un témoin.

-Zut ! répondit le vieil homme, va falloir que je refasse mes ablutions. Car selon l’imam de la mosquée, quiconque a touché à un chien, se doit de refaire ses ablutions, l’animal étant impur, particulièrement celui-ci …
------------
(1) regarde où tu mets les pieds! animal ..

(A suivre)

Commentaires

Loula la nomade a dit…
Bonsoir GarAmud,

Merci, merci de m'avoir arraché une larme. Juste un gros merci pour tant de sensibilité.
Je retourne à mes fourneaux.
Izri a dit…
Rien de plus déductif et didactique pour tous ces sectaires, qu’un chiens réduise leurs illusoires plusieurs mondes, en un seul beaucoup moins civilisé que le sien.
Ceci dit j’admire la posture du vieil homme ; ma kayench f had l3alam ! :)
fothp a dit…
"un homme qui n'aime ni les chiens, ni les enfants, ne peut etre totalement mauvais"

by W.C. Fields
Larbi a dit…
Toutes les explications du monde ne justifieront pas que l'on ait pu livrer au chien Goupio l'honneur du vieil homme et finalement ses ablutions au prix d'un double manquement de sa propriétaire aux lois fondamentales de notre Bled, celles qui protègent la pureté et la foi de chacun d'entre nous.

François Mitterand
Anonyme a dit…
Encore une scène de la vie quotidienne, dans l'ambiance de farniente du Maroc: désoeuvrement, cartes et univers masculin; la présence de ce chien philosophe, qui a su s'accomoder de la mentalité marocaine rajoute une note sympathique.

Je n'ai jamais pu comprendre la bêtise de ces sectaires lobotomisés dont la seule obsession journalière est la " pureté " corporelle, que la proximité d'un animal, innocent de tout mal inquiète au plus haut degré.

J'ai un chien, le meilleur compagnon au monde qui soit, la plus gentille bête que je connais; quand mon pieux cousin vient me rendre visite il faut enfermer le toutou, avant que le cher cousin daigne pénétrer ma demeure " impure"; la simple vue de ce chien lui est insupportable, à croire qu'il est en présence du Shaytan en personne...

Qu'Allah le tout compatissant nous préserve des dévôts, une espèce en voie de pullulation...

Garamud,tu as l'écriture alerte et incisive, tels des "frappes chirurgicales" tu sais poser la pointe de ta plume là où ça démange notre pauvre société rongée par la vermine. Gratte- nous encore, le dos, les fesses, partout, ça fait drôlement bien!

Merci.
Atanane ( http://www.20six.fr/atanane )
Larbi a dit…
Gar,
Juste pour te dire une chose de haute gravité. En visitant ce week-end l’expo Dada au centre Pompidou j’ai pensé à toi.
Je ne sais pas si tu connais le mouvement mais je crois que tu ferais un bon Dadaïste marocain.
Voilà c’est tout.

(tu jeûne ces derniers jours ?)
nadia a dit…
Je vois où la bêtise humaine peut conduire...Histoire qui renseigne sur certains stérotypes qu'on ingurgite sans connaître leur origine ni pourquoi ils ont été faits.
Moh a dit…
merci pour la visite de mon Den sans pollene. J'ai eu un enorme plaisir a lire ce que j'ai pu de tes postes. revienderai surement.
tazart a dit…
très beau texte

Posts les plus consultés de ce blog

SURVIVRE...

Amours félines

9UIDER, UN ANABAPTISTE DE CHEZ NOUS